Concerts

 
Photo de l'auteur

© droits réservés

Titre :

Auteur :

Compositeur :

Copyright :

Éditeur :

Album :

Label :

Gérard BourgeoisAuteur

Biographie

Auteur d'une quarantaine de tubes, Gérard Bourgeois est tour à tour compositeur, auteur, éditeur, metteur en scène, producteur, et… ne s'arrête jamais. De la variété à l'opéra en passant par les génériques ou la publicité, ce boulimique de travail a connu les "galères" et les obstacles avant de pouvoir proposer ses créations à celle qui fut l'interprète de son premier succès, Brigitte Bardot.


Gérard Bourgeois est né à Paris, il fait math sup./math spé et abandonne ses études d'ingénieur pour la chanson. A l'époque, il rêvait d'écrire des chansons et son père qui travaille alors chez Pathé Cinéma, lui dit : "Si tu veux arrêter tes études d'ingénieur pour faire des chansons, écris pour Bardot : elle va faire un disque !". Piqué au vif par cette idée, il en obtient la confirmation deux mois plus tard dans France-soir,qui précise que "Jean-Max Rivière, l'ami d'enfance de Bardot, travaille sur le projet de son disque".


Puis un soir de 1961, une amie l'invite à une surboum où il n'avait d'ailleurs pas vraiment envie d'aller, en lui disant : "Dommage, je voulais te présenter un type formidable il s'appelle … Jean-Max Rivière !". Inutile de préciser qu'il y est allé ! Il fait ainsi sa connaissance et ils se donnent rendez-vous le lendemain au studio Waker, place Clichy, où ils écrivent dans la même journée… "La Madrague" et "C'est rigolo" (terme qu'employait souvent Bardot) !


Et Jean-Max met beaucoup plus de temps à trouver le titre "La madrague" qu'à écrire la chanson ! D'ailleurs pendant des années, les gens ont continué à appeler cette chanson "Sur la plage abandonnée" ("La Madrague" est restée six mois n°1 au Japon entre autres) ! Jean-max écrivait alors très vite, "ce qui fait que je l'ai connu un vendredi, et que le mardi suivant je rencontrais Bardot avec les chansons proposées en démonstration guitare, et elles ont été enregistrées tout aussi vite, avec Claude Dejacques comme directeur artistique !". En tout, ils ont du écrire vingt-cinq chansons pour Brigitte, et tout cela a démarré si vite qu'ils n'avaient pas eu le temps de réaliser ce qui leur arrivaient. Ils travaillèrent ainsi pendant dix ans en équipe, un peu comme Rivat et Thomas ou Datin et Vidalin, en écrivant des ballades en pleine périodes " Yé-Yé " ("L'amitié", "Rendez-vous d'automne", "Ballade pour un sourire") et d'autres chansons comme "Le soleil", devenu à l'étranger "Mister sun". Des chansons très ensoleillées donc, à tel point que, dés l'arrivée de l'été, les gens du métier les appelaient pour avoir une chanson de "Rivière et Bourgeois" !


Les journaux de l'époque prétendaient aussi qu'ils écrivaient que pour des femmes, comme Brigitte, Françoise, Sylvie, Juliette Gréco, etc et c'est vrai que leur écriture était très "féminine", sans aucune ambiguïté. "Rendez-vous d'automne" (Françoise Hardy) a ainsi été écrit à Royan, dans un moment de tristesse commune, mais cette chanson en a un peu éclipsé une autre, écrite par le "tandem" : "Il vaut mieux une petite maison dans la main qu'un grand chateau dans les nuages".


De 1962 à 1970 il écrivit ainsi une multitude de chansons pour Antoine, Marcel Amont, Richard Antony, Petula Clark, Annie Cordy, Nicole Croisille, Dave, Michel Delpech, Dalida, France Gall, Juliette Gréco, Françoise Hardy, Gérard Lenorman, Luis Mariano, Dario Moreno, Sylvie Vartan, etc. Il compose et interprète ensuite les chansons du disques Astérix et Obélix avec Jean-Max Rivière (textes Gossini et Uderzo). A cette période, il représente Monaco au grand prix de l'eurovision à Luxembourg.


Puis il écrit avec Rivière "El Cordobès" (Dalida la créatrice est n°1 en France en 48 heures, puis en Espagne et en Amérique du sud,...). Luis Mariano l'enregistre à son tour ainsi que tous les accordéonistes (Aimable, Verschuren, Lorenzoni, Paul Mauriat, etc). En tout, plus de 150 enregistrements dans le monde. Dans le même temps il enchaîne les hits avec Bardot "Une histoire de plage", Richard Anthony "A présent tu peux t'en aller" ou Serge Reggiani "Il suffirait de presque rien" et "Gabrielle". En 1966, il fonde ainsi sa propre édition musicale (dont il a appris les rouages avec Hubert Giraud) "Tilt Music".


En 1967, il est finaliste à la rose d'or d'Antibes pour sa chanson " Trois fois rien " écrite pour Patricia Carli, ainsi qu'en 1968 pour "La nuit, l'été, l'amour" écrite par Dario Moréno. En 1968, il devient secrétaire définitif de la SACEM et en 1969, il est de nouveau numéro 1 en Italie, avec une chanson écrite avec Rivière interprétée par Eric Charden "Sauve-moi".


De 1970 à 1980, il continue son travail de composition pour Jean Guidoni ou Guy Bontempelli avec pour auteurs Louis Amada, Pierre Delanoë, Claude Lemesle et Didier Barbelivien. Puis il part au Canada composer un album pour Daniel Guichard, et c'est la rencontre avec Barbara. Il écrit avec elle, une série de chansons, prépare sa rentrée au théâtre des variétés, puis part en tournée avec elle dans toute la France. Parallèlement, il compose "Rock and roll Wolf" comédie musicale avec ballets du Bolchoï (reste cinq ans à Moscou et trois ans à Bucarest). Ce spectacle sera également repris sur Antenne 2, trois passages à 20h30 en 1 an et demi.


Il compose la musique "d'Arpad le tzigane" mise en scène par Christian Jacques et place la chanson du générique à Yvan Rebroff qui l'enregistre en Anglais en Allemand et en Russe. Dans les années 80, il travaille pour Enrico Macias avec Jacques Demarny et Pierre André Dousset. Il produit chez Phonogramme "Une petite fille chante Brassens" qui obtient le prix Charles Cros . Puis il diversifie ses compositions pour d'autres interprètes mais également pour la télévision, le cinéma ("Election" d'Alexandre Payne ou "Harry" de Dominick Moll, le théâtre ainsi que la publicité télé et radio. A cette période, il travaille également à la mise en musique des inédits de Brassens enregistrés par Valérie Ambroise.


Depuis 8 ans, il assure la direction artistique et la programmation des spectacles de "Salut l'artistes", produit pour le conseil général de la Vienne, et ouvre des ateliers d'artistes sur le site du Futuroscope. Résidant à Bordeaux après avoir fait le tour du "show biz" parisien, il sillonne en fait la France et l'Espagne pour tous ces projets, tant il aime les nouvelles aventures. Du reste, il s'engage toujours "à fond" dés lors qu'une idée originale lui traverse l'esprit, et qu'elle est susceptible d'aboutir à un résultat de qualité… Autant dire que cet esprit bouillonnant ne se repose jamais.


En 2002/2003, il sortira le drame musical "Nimenô II" avec Francis Lalanne sur des lyrics de G.Bontempelli. Il prépare actuellement l'ouverture d'un deuxième café-concert "Salut L'artiste" à Chatelaillon. Ouvert, Ambitieux, têtu, exigeant avec les autres comme avec lui-même, mais par-dessus tout généreux, Gérard Bourgeois partage avec son ami et complice Guy Bontempelli sa passion des artistes et de la scène, et il sait leur offrir le meilleur de lui-même : une musique toujours limpide et qui sait vous emporter dans un tourbillon de rythmes et d'émotions.